Société

Leurs délires. Nos fantasmes. 

Quelques idées jetées à la hâte la semaine dernière en voyant déferler et circuler certaines idées sur les réseaux. Après avoir renoncé à les travailler, je les publie malgré tout, lassé de voir les idées qui en avaient suscité la rédaction passer du ghetto du web à la vie réelle.

Les bobos, concept daté et vieillissant, se feraient presque une gloire d’être la cible privilégiée de Daesh, relayant même, pour une fois avec fierté, les clichés américains sur les Français – ces clichés qu’on brocarde pourtant à chaque film où apparaissent une 2CV, la Tour Eiffel et un combo béret-baguette. Les bobos seraient aux antipodes des terroristes, ils constitueraient leur pire cauchemar et ça, voyez-vous, c’est un fait de gloire à défaut de pouvoir se prévaloir de faits d’armes. 

D’ailleurs, pour une fois, cette analyse est entérinée par les anti-bobos, le massacre de leurs meilleurs ennemis semblant avoir validé leurs thèses sur le nihilisme du monde moderne, qui n’est plus ceci ou cela, qui a perdu ceci ou cela – formulation récurrente de leurs discours qui, pourtant, ne suffit pas à leur faire admettre leur caractère réactionnaire au sens politique du terme. Tel sympathisant du Printemps français soulignant l’air de rien que, si vous n’aviez pas remarqué, c’est le XIe, cœur du boboisme qui a été frappé, tels « penseurs » en vue chez les catholiques d’aujourd’hui pointant la responsabilité de la génération 68 dans la mort de ses enfants, etc.

Dans ce cadre, comment penser les menaces d’attentat qui planent sur la Vatican ou l’attentat déjoué contre une Eglise de Villejuif ? Détail, sans doute. 

Si l’on veut réellement comprendre l’impensable, je propose donc d’arrêter cinq minutes, pour voir, de prêter aux agissements des affidés de Daesh une logique qui ne reflète, au fond, que la nôtre. Au-delà de la malhonnêteté intellectuelle, ça frise l’indécence, la récupération et cache mal une certaine « schadenfreude » de fort mauvais aloi. 

Bref, il serait temps que certains mettent de côté, le temps d’une trêve bienvenue,  leurs idéologies (i.e. explication globale à toute événement) et s’autorisent à penser à la fermer. Après tout, n’a-t-on pas dit avec justesse, en janvier dernier, que la liberté de parler ne rend pas de facto toute parole nécessairement bonne, juste et utile ? 

C’est probablement une erreur manifeste d’avoir détourné nos jeunes de toute possibilité de s’approprier ce qui nous unit, en dénigrant bien trop souvent notre passé, nos traditions, notre culture. C’en est une autre, probablement bien plus grande encore, de les dégoûter du monde moderne plus qu’ils ne le sont déjà. Quand on milite, à raison, pour que la France pré-républicaine, pré-soixante-huitarde, pré-ce-que-vous-voulez, bénéficie d’une vision juste et éclairée, peut-être n’est-il pas incohérent de faire de même vis-à-vis de la Modernité. 

Car ce sera bien plus difficile de les insérer dans la France d’hier – aussi légendaire que cet Islam des origines que se disputent modérés et radicaux – que dans le monde d’aujourd’hui. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s